La coupe de cheveux dans la Normandie du XIème Siècle

 

  Chez les normands au XIème il n’est question que de cheveux court, ils ne portent ni barbes ni moustaches, cependant,  la coupe normande n'a, semble-t-il, rien de spécifiquement normand. Elle serait plutôt le résultat de la mode masculine dans les pays Francs au XIe s. On la voit sur les personnages de la Tapisserie de Bayeux. Elle devient enjeu d'un discours idéologique dans les textes de chroniqueurs ecclésiastiques au moment de la conquête de l'Angleterre, car les anglo-saxons portent les cheveux longs, signe d'une mollesse des mœurs qui leur vaut la défaite... 

On retrouve ce débat dans les portraits des fils de Guillaume le Conquérant et de la jeunesse dorée qui les entoure. A la fin du XIe et au début du XIIe la mode masculine change dans les petites troupes aristocratiques qui entourent les princes. Ce changement va s'intensifier avec la progression de la culture courtoise au grand effroi de quelques clercs toujours partisans d'un passé plus austère. C'est donc par opposition à une vision de l'étranger, dont les modes vestimentaires paraissent toujours bizarres ou du déviant aux yeux des seules catégories de la société dont nous avons des témoignages écrits, les clercs, que la coupe des cheveux est l'objet d'un débat que nous transmettent les textes en nous fixant une "image" que faute de chronologie précise nous avons tendance à généraliser.

 

Le Normand à la tête rasée, comme on peut le voir dans la Tapisserie de Bayeux, est probablement une forme extrême de la coupe au bol des premiers guerriers. On peut retrouver une remarque de Wace, qui dit «en 1066 les Anglais chargés d’espionner le camp Normand rapportèrent que William (Guillaume le Conquérant) avait amené une armée de prêtres.  Ce style de coiffure a disparu sous le règne du fils du Conquérant William Rufus ("Guillaume Rufus" le roux), quant les cheveux longs et la barbe étaient en vogue chez les saxons».

 

Ce passage de Wace confirme bien la vision différente des deux cultures sur la tenue vestimentaire et les cheveux. Les Saxons se moquent des Normands à la nuque rasée comme d'une "armée de prêtres" tandis que les Normands et plus généralement les Francs du XIe s. considèrent comme efféminés et décadents les cheveux longs. Les chroniqueurs ecclésiastiques pro-Robert Courteheuse, duc de Normandie, feront effectivement reproche à son frère-ennemi Guillaume Le Roux, roi d'Angleterre, d'avoir adopté les comportements des Saxons, cela lui vaudra également l'ire des fidèles compagnons de son père et de l'évêque Serlon qui tient ce discours en 1105 (rapporté par Orderic Vital) :

 

"En entretenant leur chevelure, les hommes passent pour s'inspirer de la conduite des femmes dont la mollesse les éloigne de la force virile. Ils évitent de se raser de peur que leur barbe ne pique leur maitresse durant leurs étreintes. Avec leur peau couverte de poils, ils ressemblent plus à des sarrasins qu'à des chrétiens. Les voilà devenus femmes par leur mollesse et serpent par la pointe de leurs chaussures. Nombreux sont ceux qui suivent ces modes perverses. Voilà pourquoi glorieux roi, je te supplie d'offrir à tes sujets un exemple digne de louange"

 

Dès qu'il eut finit ce discours au roi le prélat sortit des ciseaux de sa manche et coupa la barbe et les cheveux de Guillaume le Roux et de nombreux barons présents (selon Orderic Vital). Toujours selon Orderic Vital, Courteheuse ne fera pas mieux que son frère ni sur les mœurs, ni sur la politique.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site