La Normandie ducale

La Normandie connut sa première unité au moment de la conquête romaine, lorsqu’elle devient la province de la II ème Lyonnaise, au Ier siècle après J.-C. À partir du Ve siècle, elle subit, comme l’ensemble de la Gaule romanisée, les invasions barbares, en particulier celle des Francs. Incorporée au royaume de Neustrie, la Normandie est l’un des grands foyers du monachisme aux VIe et VIIe siècles, notamment sous l’autorité de saint Wandrille, fondateur des abbayes de Jumièges, Fécamp ou encore Fontenelle. C’est peu après cette période que commencent sur la région les premières incursions des guerriers vikings ou normands (de Northmanni, « hommes du Nord »), venus du nord de l’Europe.

De la Gaule franque à la Normandie ducale.

Les premiers raids sur le littoral ont lieu à partir du VIIIe siècle. Les attaques normandes deviennent plus violentes à partir de 819. Les guerriers normands profitent de leurs bateaux à fond plat pour remonter le cours de la Seine, ravager et surtout rançonner les villes situées dans la riche vallée. Ainsi, en 845, ils attaquent Paris, qui ne fut sauvée que grâce au comte Eudes. À partir de la fin du IXe siècle, les Normands s’installent durablement dans l’estuaire de la Seine. En 911, incapable d’obtenir leur départ, le roi Charles III le Simple conclu avec le seigneur Scandinave Rollon le traité de Saint-Clair-sur-Epte, qui octroi aux Normands l’autorité sur les territoires correspondant à l’actuelle Haute-Normandie. Progressivement, les chefs normands acquièrent également l’actuelle Basse-Normandie. En 945, les rois de France reconnaissent officiellement l’existence du duché de Normandie. Ainsi à Rollon (av. 890-entre 925 et 933), Comte de Rouen se succèdent six Ducs :

Guillaume 1er « longue épée » (av. 910-942)

Richard 1er sans peur (Fécamp v. 930-996)

Richard II (974-1027)

Richard III de Normandie (v. 1008-1027)

Robert 1er de Normandie (v. 1010 – 22 juillet 1035), dit Robert le Libéral ou Robert le Magnifique.

Guillaume le Conquérant (1027-1087, Duc de Normandie et Roi d'Angleterre)

De la Normandie ducale au royaume d’Angleterre

Bénéficiant d’une relative stabilité, le nouveau duché prospère rapidement grâce à une administration compétente et à la mise en place de la féodalité.

Au milieu du XIe siècle, la Normandie constitue une puissance suffisamment importante pour que le jeune duc de Normandie, Guillaume dit « le bâtard », s’impose comme roi d’Angleterre.

Édouard le Confesseur, son cousin alors roi d’Angleterre l’aurait désigné en 1051 comme successeur à la couronne du royaume. À la mort d'Édouard le confesseur le 5 janvier 1066, Harold II Godwinson déclare que le souverain lui a promis la Couronne sur son lit de mort. Le Witenagemot (l'assemblée des notables qui dirige le royaume) approuve son couronnement, qui a lieu le lendemain. Guillaume Ier se lance alors à la conquête de l’Angleterre en tant que héritier légitime de la couronne et défait Harold à Hastings le 14 octobre 1066, recevant ainsi son surnom de Guillaume le Conquérant.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site