Jacques Anquetil (08/01/1934 - 18/11/1987)

 

Coureur cycliste français, le premier à avoir gagné cinq Tours de France.

Jacques Anquetil (surnommé Maître Jacques) est né à Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime), en Normandie et mort d'un cancer le 18 novembre 1987 à La Neuville-Chant-d'Oisel (Seine-Maritime).. Il fut remarqué en 1953 lorsqu’il remporta sa première course professionnelle, le Grand Prix des Nations. Il remporta cinq fois le Tour de France (1957 et de 1961 à 1964), deux fois le Tour d’Italie (1960 et 1964) et une fois le Tour d’Espagne (1963) ; il gagna quatre fois Paris-Nice (1957, 1961, 1963 et 1965), Gand-Wevelgem en 1964, Liège-Bastogne-Liège en 1966 et fut deux fois victorieux au Critérium du Dauphiné-libéré (1963 et 1965). Ce très grand rouleur, spécialiste des épreuves contre la montre, fut neuf fois vainqueur au Grand Prix des Nations (de 1953 à 1958, 1961, 1965 et 1966), remporta Bordeaux-Paris en 1965, le lendemain de sa victoire au Dauphiné libéré, ainsi que le Trophée Baracchi en 1962, 1965 et 1968. Il battit le record de l’heure en 1956, avec 46,159 km, améliorant le record, vieux de quatorze ans, de Fausto Coppi.

Ses principaux adversaires furent Federico Bahamontès, Charly Gaul et surtout Raymond Poulidor, qu’il devança de seulement 55 secondes dans le Tour de France 1964.

Après avoir raccroché à l'âge de 35 ans, il ne remontra qu'à trois reprises sur un vélo, jugeant avoir "trop dégusté sur cet engin". Une fois pour participer à une course "people" à Nice, le Grand Prix des Gentlemen, une seconde fois à l'occasion d'une sortie un après-midi avec des amis en Normandie et la dernière fois à l'occasion d'un anniversaire de sa fille. A l'exception de ces trois événements, il ne remonta jamais sur un vélo de 1939 à 1987.

Palmarès :

Super Prestige Pernod en 1961, 1963, 1965, et 1966 (3e : 1964)

Prestige Pernod: 1961, 1963, 1965

Challenge de France des organisateurs: 1965

Challenge Yellow (Sédis) : 1957, 1965

Trophée Edmond Gentil : 1953, 1960, 1963

Coupe Deutsch de la Meurthe : 1964

Tour de France : Huit participations dont les 5 victoires de 1957 (son premier tour disputé), 1961 (maillot jaune de bout en bout), 1962, 1963 et 1964 ; son équipe St-Raphaël remporte le classement en 1962 et 1963 ; L'équipe de France le remporte en 1957, 1960 et 1961) (49 jours en jaune ; 2e du classement par points : 1963 (3e : 1959)

16 victoires d’étapes sur le Tour de France

Tour d’Italie : 1960 et 1964

6 victoires d’étapes sur le Tour d’Italie

Tour d’Espagne : 1963

1 victoire d’étape sur le Tour d’Espagne

Grand prix des Nations : 1953, 1954, 1955, 1956, 1957, 1958, 1961, 1965 et 1966

Gand-Wevelgem : 1964

Bordeaux-Paris : 1965

Liège-Bastogne-Liège : 1966

Paris-Nice : 1957, 1961, 1963, 1965 et 1966

Critérium du Dauphiné libéré : 1963 et 1965

Quatre jours de Dunkerque : 1958, 1959

Critérium National : 1961, 1963, 1965, 1967

Critérium des As : 1959, 1960, 1963, 1965

Tour de Catalogne : 1968

Tour du Pays Basque : 1969

Tour de Sardaigne : 1966

Tour du Var : 1968

Route d’Auvergne : 1963

Trophée Baracchi : 1962, 1965, 1968

Trophée de l’Île de Man : 1965

Trois Jours de Belgique : 1958

Roue d’Or: 1957, 1958, 1959, 1965, 1966, 1967

Bol d’Or des Monedières : 1955, 1962

Rouen-Lisieux-Rouen : 1953

Grand Prix de Lugano : 1953, 1954, 1958 à 1961, 1965

Grand Prix de Genève : 1955 à 1959

Grand Prix de Forlì : 1958 à 1961, 1965

Grand Prix de Bretagne : 1959

Six-Jours de Paris : 1957, 1958 (avec Darrigade et Terruzzi)

Record de l’heure

19 juin 1956 (46,159 km)

27 septembre 1967 (47,493 km, non homologué)

Record des 20 km

19 juin 1956 en 25' 57" 40"'

Champion de Normandie sur route : 1951, 1952

Champion de France sur route amateur : 1952

Champion de France de poursuite professionnelle : 1955, 1956, 1957

Médaille de bronze aux Jeux Olympiques d'été de 1952 dans l'épreuve du 100 km sur route contre-la-montre par équipes, avec Tonello et Rouer)

2e : Championnat du monde de cyclisme sur route : 1966

2e : Championnats du monde de poursuite : 1956

2e : Championnats de France de poursuite professionnel : 1957

2e : Championnats de France omnium professionnel : 1967

2e : Roue d’Or : 1956, 1960, 1962

2e : Gênes-Nice : 1957

2e : Critérium des As : 1954

2e : Tour de l’Hérault : 1967

2e : Ascension du Mont-Faron : 1968

2e : Grand Prix d’Alger : 1960 (contre-la-montre par équipe, avec le champion olympique français de la discipline sur 100 km en 1956, Roger Vermeulen)

3e : Championnats de France sur route professionnel : 1963, 1965

3e : Gand-Wevelgem : 1959

3e : Paris-Nice : 1969 (sa dernière saison professionnelle)

3e : Boucles de la Seine : 1958

3e : Critérium National : 1960

3e : Trophée Longines TTT de Rimini : 1960 (avec Stablinski, Darrigade, Graczyk et Elliott)

8e du classement mondial amateur en 1952

12e de l’épreuve olympique individuelle sur route en 1952

Résultats sur le Tour de France :

Jacques Anquetil a été le premier coureur à gagner 5 fois le Tour de France. Avant lui, le record était de 3 (dernier en date : Louison Bobet).

Tour de France 1957 : Vainqueur du classement général et de quatre étapes

Tour de France 1958 : Abandon (23e étape)

Tour de France 1959 : 3e du classement général

Tour de France 1961 : Vainqueur du classement général et de deux étapes

Tour de France 1962 : Vainqueur du classement général et de deux étapes

Tour de France 1963 : Vainqueur du classement général et de quatre étapes

Tour de France 1964 : Vainqueur du classement général et de quatre étapes

Tour de France 1966 : Abandon (19e étape)

Résultats sur le Tour d’Italie :

Tour d'Italie 1959 : 2e du classement général et vainqueur de deux étapes

Tour d'Italie 1960 : Vainqueur du classement général et de deux étapes

Tour d'Italie 1961 : 2e du classement général et vainqueur d’une étape

Tour d'Italie 1964 : Vainqueur du classement général et d’une étape

Tour d'Italie 1966 : 3e du classement général

Tour d'Italie 1967 : 3e du classement général

Résultats sur le Tour d’Espagne :

Tour d'Espagne 1962 : Abandon

Tour d'Espagne 1963 : Vainqueur du classement général et d’une étape

Citation :

« Il faut être un imbécile ou un faux-jeton pour s’imaginer qu’un cycliste professionnel qui court 235 jours par an peut tenir le coup sans stimulants. », L’Equipe, 1967

 
 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×