La dentelle Normande

 

La Normandie, riche d’une tradition dentellière ancestrale, unique région de France qui réunit les trois techniques de l’aiguille, du fuseau et du filet, a toujours su préserver, maintenir et développer son patrimoine dentellier. La dentelle fait partie intégrante de la culture et de l’histoire de cette région.

Au XIIème siècle, Éléonore d'Aquitaine, réputée pour son élégance, adorait les vêtements brodés : entre autres résidences, elle séjourna longtemps en son château d'Argentan, ce qui eut pour effet d'encourager l'activité de dentelle et de broderie de la région.

Deux siècles plus tard, un riche marchand parisien achète des dentelles à Argentan, et les présente à la Cour de France, au roi Charles V et à la Reine Jeanne de Bourgogne : la dentelle y acquiert ses lettres de noblesse!

Au XVIIème siècle, la Manufacture du Point de France Guyard fera d'Argentan un important centre dentellier, et au XIXème siècle une école prestigieuse forme religieuses et orphelines du couvent des Bénédictines à ce noble art.

La dentelle, symbole de l’élégance française, est de plus en plus utilisée par les grands couturiers. Avec la Route des Dentelles, la Normandie, qui fournissait jusqu’au XIXème siècle la noblesse européenne, renoue avec sa tradition d’excellence dentellière.

La Route des Dentelles

La Route des Dentelles Normandes relie six villes et un village renommés pour leurs dentelles et dont les attraits sont complémentaires : Alençon (61), Argentan (61), Bayeux (14), Caen (14), Courseulles (14), La Perrière (61), Villedieu-les-Poëles (50). L’extrême diversité des techniques et des matières employées fait la richesse et l’intérêt de ce circuit unique qui illustre les multiples possibilités du métier d’art dentellier. 

Le Point d'Alençon

Entièrement réalisé à l'aiguille et au fil de lin, il faut dix phases de travail et de 15 à 25 heures pour réaliser un centimètre de dentelle. Autrefois, il fallait autant d'ouvrières qu'il y avait d'opérations, de manière à préserver le secret de chacune des spécialités : le dessin, le piquage, la trace, le réseau, le rempli, les modes, la brode, le levage et le luchage.

Le Point d'Argentan

Le point d'Argentan est aussi réalisé à l'aiguille avec des fils de lin très fins. Ce sont des motifs reliés entre eux par un réseau à mailles hexagonales. C'est dans ce réseau que réside l'originalité du point d'Argentan : selon les effets recherchés, la taille des mailles va être plus ou moins importante.

La Dentelle de Bayeux

Préparée à partir de fils de soie noire, c'est une dentelle aux fuseaux. Plus la dentelle est large et complexe, plus il faut de fuseaux. La dentelle se réalise en suivant des lignes tracées et des points codés sur un carton piqué et fixé sur un métier. Pour assembler plusieurs bandes de dentelles, on utilise le point de raccroc, point invisible réalisé à l'aiguille. La dentelle de Bayeux permet des motifs ombrés et des décors très riches. Les dentellières d'aujourd'hui créent des motifs contemporains.

La Blonde de Caen

Précieuse, fragile et lumineuse, c'est une dentelle fabriquée à partir de fil de soie floche et de fil de soie très fin. Ce qui permet de donner une brillanec particulière aux feuilles et aux fleurs, en créant une surface presque lisse sur laquelle la lumière se reflète. C'est une dentelle destinée à la confection de hauts volants, de cols, de châles. Au musée, on peut admirer une robe de mariée entièrement réalisée en blonde.

La dentelle de Courseulles

C'est une dentelle en soie polychrome, réalisée aux fuseaux. C'est une technique unique au monde : la dentellière enroule sur un même fuseau des fils de couleurs différentes pour obtenir des nuances de couleur, ainsi que le ferait un peintre sur sa palette. C'est le dentellier Robert, qui, en 1897, demanda au peintre Félix Aubert de réaliser des dessins colorés qui serviront de base à des dentelles ornées de différentes fleurs colorées.

Le filet de La Perrière

Il s'agit de mailles carrées, nouées aux angles et moulées sur des formes en bois, en ivoire ou en acier. Le fil est embobiné autour d'une navette (ou aiguille à filocher). Le décor du filet se fait en remplissant certaines mailles en fonction d'une grille préalablement dessinée. La Perrière s'est aussi fait connaitre par le filet brodé de perles, bordé de galon et de pampilles.

La dentelle de Villedieu les Poêles

Réalisée aux fuseaux, elle s'est fait une spécialité de trois motifs floraux, le trèfle, la rose et la marguerite. De ces pièces de dentelle réalisées en cheveux servaient de résille à chignons aux élégantes du XIXème siècle. 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site